fest-

fest- (préfixe) De l’imaginaire fest, « célébration, réjouissance ».

.

À la fois à la saveur de l’épisode de South Park Déprogrammé (où on y découvre que la Terre n’est qu’une vaste télé-réalité réalisée par un producteur céleste pour un public extraterrestre) et à la fois pour la dissonance cognitive qu’incarne une population qui sort danser dans le clubs alors que le monde se meurt d’atrocités en tout genre, fest- exprime par la dichotomie de la fête cette absurde situation dans laquelle nous nous trouvons où, au nom de la « liberté personnelle », tout semble permis et où la cécité volontaire de la vaste majorité nous mène droit dans le mur. Aussi bien fêter ça en grand.

.

Nos frères de l’espace sont au rendez-vous
Les Pléadiens, Cassiopéens et les Vénussiens
Ra et Seth et les Ummites
Les reptiliens et les p’tits gris sont là aussi
Même la fédération galactique de la lumière est présente
Ne manquerait plus que les Annunakis

Oyez! Oyez! Simples mortels!
C’est la fête sur Terre
C’est la place où être
Tout le monde est au rendez-vous
Pour vous!

Le complexe militaro-industriel fête ça en grand aussi
On crée le terrorisme pour se justifier
À coups de bombes, de drones et d’agents chimiques
La torture est légalisée, la surveillance généralisée et le crime organisé
On pille, on viole et on détruit
Pour mieux reconstruire
Et ça va continuer comme ça jusqu’à…

Oyez! Oyez! Peuples de la Terre!
C’est la fête
C’est la place où être
Voyez les feux d’artifice au phosphore

Trans-sexes, transgenres et transhumains
C’est la transparence de la trans-apparance
On greffe des seins, des cœurs, des têtes et même des puces RFID
On se nourrit d’hormones, de vaccins et de produits chimiques
Chirurgie plastique, transplantations et transgénique
On va tous finir comme des Frankenstein

Oyez! Oyez! Mammifères humains!
C’est la fête sur Terre
C’est la place où être
Coupez, collez et remplacez
Les parties de votre choix!

Les changements climatiques sont aussi de la partie
Tsunamis, crues éclairs et vortex polaires
Il neige dans les déserts et les oiseaux hécatombent du ciel
Des pluies de météores, des sons étranges
Et des spirales de lumière dans le ciel
J’imagine que c’est une célébration céleste

Oyez! Oyez! Terriens!
Les Mayas l’avaient prédit
Préparez votre abri
Après 2012, c’est la fête!

.

.

Partager cette page :